Solange Fitte-Duval : fanm akoma (1921- 2014)

Solange Fitte-Duval : fanm akoma (1921- 2014)

Militante active au Parti Communiste en Martinique depuis 1946, mais aussi militante du monde associatif et syndical, Solange Fitte-Duval est également une enseignante qui a marqué de son empreinte des milliers de Spiritains et surtout de Spiritaines.

Membre de l’Union des Femmes, elle crée avec le concours d’Yvette Mauvois et Jeanne Léro (membres du Co-mité Directeur) le Comité de l’Union des Femmes Françaises du Saint-Esprit en 1947 aux côtés de sa belle, soeur Odette fitte-Duval, Marie-Thérèse Soutarson, Berthe Bele, Mme Babo.

Elle contribuera :

  • à la création du journal de l’UFM du Saint-Esprit : « La spiritaine » qui paraît de 1969 à 1973 ;
  • à la mise en place des premières crèches garderie notamment la crèche municipale de la Rue Cassien Sainte-Claire construite en 1965 accueillant 50 enfants ;
  • soutient activement l’activité de la Protection Maternelle Infantile (PMI) installée à l’Hôpital du Saint-Esprit situé à la sortie du bourg par l’organisation de concours de bébés (concours du plus beau_ bien nourris…) ;
  • à la mise en place d’un Centre de Planning Familial grâce à des campagnes de sensibilisation de la population et surtout des autorités pour l’adoption des lois sur la contraception et l’ I.V.G ;
  • lutte pour la prime de rentrée scolaire, prime de transport, augmentation des bourses ;
  • dès 1964 à la lutte pour la reconstruction du Collège d’Enseignement Général (CEG) devenu trop vétuste et dangereux en Collège d’Enseignement Supérieur (CES) au quartier La Carreau ;
  • Bibliothèque de prêts de l’UFM permettant aux femmes et enfants de prêter des s’intruire, s’ouvrir sur le monde ;
  • anime les Centres de Loisirs Sans Hébergement de l’Union des Femmes et plusieurs centres de vacances.

 En, parlant de l’implication totale de l’UFM durant l’Affaire de l’OJAM, Gesner Mencé dira de Solange Fitte-Duval qu’elle est « une battant inusable qui aura subi tant d’injures, de vexations et de volées de pierres à Saint-Esprit où la lutte fut si rude sous la houlette de Georges Fitte-Duval alors maire de cette commun.e »